GENEVE – Signons le référendum pour permettre la construction de logements abordables et assurer des retraites dignes !

Non à la loi 12404 ! L’Asloca, avec le Cartel intersyndical de la fonction publique, ont fait aboutir l’initiative 168 « Sauvegarder les rentes en créant des logements ». Dans la situation de pénurie de logements abordables que connait le canton de Genève, qui a comme conséquence des augmentations abusives des loyers ainsi que des évacuations injustifiées, l’Asloca s’emploie à défendre les intérêts des locataires face aux propriétaires immobiliers et leurs régies. Voici la raison pour laquelle nous avons lancé une initiative (168) afin que les sommes versées pour la recapitalisation de la Caisse de pensions de la fonction publique permettent en premier la construction de logements à loyers abordables.

Le Cartel intersyndical de la fonction publique représente les infirmiers et infirmières, les enseignant·e·s, les agent·e·s de sécurité ainsi que l’ensemble des salarié·e·s du service public en charge de fournir les prestations pour satisfaire les besoins de la population et le bon fonctionnement des activités d’une économie publique. Le 14 décembre 2018, la majorité du Grand Conseil a voté le projet de loi 12228 qui reprend l’essentiel du contenu de l’initiative. Suite à des calculs étriqués de certaines formations politiques, le Grand Conseil a voté, le même jour, le projet de loi 12404. Ceci a donné lieu à des articles ironiques de la presse face à l’adoption de deux projets, en grande partie contradictoires. La loi 12404 risque de péjorer encore plus fortement à l’avenir les rentes des salarié·e·s du service public. Cela par le biais d’un mécanisme automatique, c’est-à-dire soustrait à toute discussion démocratique.

De plus, puisque la recapitalisation de la Caisse de pensions de l’Etat de Genève (CPEG) est inévitable, autant qu’elle serve à la majorité des habitant·e·s du Canton (salarié·e·s, jeunes en formation, retraité·e·s.). Dès lors, la loi 12228 prévoit que l’Etat cède à la CPEG ses droits sur certains terrains, prioritairement dans le secteur PAV (Praille-Acacias-Vernets). La CPEG pourra y construire du logement locatif à loyers abordables.

Or, le PAV est déjà convoité par les spéculateurs qui financent les partis de droite : ils y feront très certainement des baux à durée déterminée et, plus tard, ils ne vont pas les renouveler ou vont les résilier pour relouer les appartements plus cher. Ce que la CPEG ne fera pas, car elle n’agit pas comme les propriétaires privés et leurs régies immobilières. La rente immobilière – issue des loyers payés par les salarié·e·s-locataires -ne doit pas servir à enrichir les spéculateurs !

La loi 12404 ne répond pas de façon adéquate aux exigences de l’initiative «Sauvegarder les rentes en créant des logements». Dès lors, l’Asloca soutient le référendum lancé contre la loi 12404 et s’engage à le faire signer.

Sauvegardons les rentes de la CPEG,
qui assure les infirmières, des policiers, les enseignants !

Créons du logement abordable !

Signez et faites signer le référendum contre la loi 12404 !