SUISSE – Les loyers restent trop chers malgré des appartements vacants

L’Association suisse des locataires (ASLOCA) constate que les loyers ne diminuent pas, malgré un plus grand nombre de logements vacants. Le taux de vacance reste largement inférieur à 1.5% dans neuf grandes villes suisses sur douze.

Si le taux de vacance des habitations progresse légèrement, les loyers restent trop chers en Suisse. Les bailleurs préfèrent souvent offrir deux ou trois mois de location à l’entrée dans l’appartement et ne pas réduire le montant du loyer, toujours élevé dans les agglomérations. Parmi les douze grandes villes du pays, neuf gardent malheureusement un faible taux de logements vacants : Zurich (0.14), Lausanne (0.35), Thoune (0.49), Berne (0.55), Genève (0.63), Winterthur (0.75), Bâle (1.02), Köniz (1.03), Lucerne (1.29).

Les prix élevés des loyers ne sont pas liés au manque de logements mais à la spéculation. C’est la soif de rendements qui empêchent de nombreuses familles et ménages de trouver une habitation à loyer accessible. La classe moyenne est la première concernée.

Soumise en votation au début de l’an prochain, l’initiative « Davantage de logements abordables » livre les solutions nécessaires. Elle mettra à disposition un logement d’utilité publique – à loyer modéré -sur dix habitations construites en Suisse. Elle favorisera l’accès aux terrains pour les coopératives, communes et fondations d’utilité publique. L’initiative est soutenue par une large alliance d’associations des locataires, des coopératives d’habitation, de propriétaires responsables, des syndicats, de partis et fédérations des jeune et ancienne générations.