Droit au logement

n°239 – mars 2019

Editorial

Avoir des enfants en bas âge en étant locataire dans un immeuble peut poser problème. En effet, le bruit engendré par les cris ou les jeux d’un enfant est de moins en moins toléré dans notre société. D’où des soucis de voisinage récurrents. La loi n’est pas très précise sur ce que tout un chacun est censé supporter ou peut occasionner et les cas de désaccord entre locataires sont à traiter individuellement, selon le bon sens. Quel rôle jouent les gérances? Quelle évolution a-t-on constaté ces dernières années? Le dossier de ce numéro tente une approche surtout sociologique de la question.

Au niveau des régions, on peut relever un beau succès à Genève, avec une victoire de locataires devant la Cour européenne des droits de l’homme et une belle indemnisation obtenue par un groupe de locataires soutenus par l’ASLOCA à Fribourg, dans le cadre de travaux réalisés dans leur immeuble.

Dans le canton de Vaud, l’élection complémentaire au Conseil d’Etat (deuxième tour en avril) est l’occasion de voter pour une fervente défenseuse des locataires, Rebecca Ruiz.  A Genève, c’est en mai qu’il faudra se rendre aux urnes pour défendre la loi sur la Caisse de prévoyance de l’Etat permettant la construction de logements abordables tout en protégeant les retraites des fonctionnaires.

Au niveau fédéral, l’initiative «Davantage de logements abordables» est toujours au centre des débats, même si certains estiment qu’elle n’a pas lieu d’être. Notre initiative vise à sortir définitivement certains logements des griffes de la spéculation et notre combat continuera jusqu’à la votation.

Bonne lecture!

Henriette Schaffter
Rédactrice en chef

Vous souhaitez consulter l’ensemble du journal?
Il vous suffit de le télécharger et lire en ligne.

*Pour préserver la nature, veuillez éviter d’imprimer le document.