Droit au logement

n°240 – juin 2019

Editorial

Et si le nom, la couleur de peau, l’accent, etc. avaient une influence sur les chances d’obtenir un logement en Suisse? Il semblerait que ce soit le cas, selon diverses études, notamment celle publiée fin février par l’Office fédéral du logement. Même si les moyens de se défendre existent, ils ne sont pas faciles d’accès, malheureusement. Cela reste très compliqué de prouver que l’on a été victime de discrimination. Pourtant, exclure certains groupes en raison de leur appartenance ethnique, raciale ou religieuse enfreint la norme pénale contre le racisme et il devrait être possible d’agir si l’on se sent discriminé. Que peut donc faire un locataire s’il est concerné? Quels sont les cas dans lesquels on peut espérer gagner? Le dossier de ce numéro tente de répondre à ces questions.

Au niveau des sections, on aborde de nouveau le sujet des contestations de loyer, puisque c’est évidemment toujours d’actualité. A Genève, un projet de loi se prépare pour protéger les locataires subissant les désagréments des chantiers habités, toujours plus nombreux en ville.

Au niveau fédéral, l’accord-cadre avec l’UE pourrait mettre en danger nos politiques publiques en matière de logement, ce qui est totalement intolérable. L’ASLOCA, forte de ses 220 000 membres, veut se faire entendre sur cette question.

Bonne lecture!

Henriette Schaffter
Rédactrice en chef

Vous souhaitez consulter l’ensemble du journal?
Il vous suffit de le télécharger et lire en ligne.

*Pour préserver la nature, veuillez éviter d’imprimer le document.