Nouveaux chiffres de l’indice des loyers : et les loyers augment encore !

Les chiffres publiés aujourd’hui par l’Office fédéral de la statistique le montrent : l’indice des loyers a une fois de plus augmenté depuis le dernier calcul. Même la crise du coronavirus n’aura pas stoppé cette croissance. En tout, les prix des loyers ont augmenté depuis décembre 2005 de 20%. Cela pèse fortement sur les revenus des ménages des locataires. L’Association suisse des locataires (ASLOCA) demande un meilleur contrôle des rendements dans le droit du bail.

Contrairement aux messages récurrents, il n’y a pas de détente des prix des loyers pour les locataires en Suisse. « Le développement des prix des loyers en Suisse ne connaît depuis des années qu’une seule direction : vers le haut » explique Carlo Sommaruga, président de l’Association suisse des locataires (ASLOCA). Les chiffres de l’office fédéral de la statistique le montrent : depuis 2005 les loyers ont augmenté de plus de 20% selon l’indice des prix des loyers, alors que le renchérissement général est resté en-dessous de 5% pendant la même période. « Pour les locataires cela signifie une part disproportionnée des revenus du ménage attribuée au loyer. Aujourd’hui, avec la crise du coronavirus, beaucoup de personnes en Suisse ont moins d’argent dans le porte-monnaie qu’avant et la charge des loyers élevés est encore plus graves » ajoute Carlo Sommaruga.

L’orientation sur les rendements mène à des loyers en hausse
Pour les locataires en Suisse, il est toujours aussi difficile de trouver un logement abordable. Le problème est particulièrement accru dans les villes et les agglomérations. « Toujours plus de logements appartiennent à de grandes firmes immobilières, comme Swiss Life, UBS, Crédit Suisse, etc. qui achètent de préférence des immeubles entiers. Aujourd’hui, 39% des logements sont propriété de ces grandes firmes, alors qu’il y a dix ans à peine ce taux était encore de 29%. Pour ces entreprises il s’agit malheureusement avant tout de rendements, ce qui conduit à faire augmenter toujours plus les prix des loyers. » ajoute Carlo Sommaruga. D’autres raisons pour des loyers en hausse sont des augmentations massives de loyer lors d’un changement de locataire ou en cas de rénovation (totale).

Trop peu de baisses de loyer
Depuis 2000 les taux hypothécaires pour les bailleurs et bailleresses ont baissé de manière permanente, ce qui donne aux locataires le droit à une réduction de loyer (sur la base du taux hypothécaire de référence). « En réalité, les loyers auraient dû largement baisser durant les dernières années. Toutefois, nous le constatons : seule une petite partie de cette baisse arrive aux locataires » déclare le président de l’ASLOCA.

Contrôler les loyers
« Au vu de ces éléments, il serait important que les rendements en matière de droit du bail soient plus fortement contrôlés » ajoute Carlo Sommaruga. Aujourd’hui, les locataires sont eux-mêmes responsables de combattre des loyers abusifs – cela inclut les demandes de baisses ainsi que la contestation des hausses. Le système de contrôle actuel est très faible et de plus en plus déséquilibré, car il repose sur un comportement actif des locataires. Il en découle que beaucoup de loyers sont aujourd’hui plus élevés que ce que la loi autorise. « Avec un véritable moyen de contrôler les loyers, nous pourrions agir contre les loyers qui reposent sur un rendement trop élevé et ainsi décharger les budgets de la majorité de la population. »

 

 

Liens
Chiffres de l’Office fédéral de la statistiques (OFS) sur l’indice des prix des loyers (MPI)
Chiffres de l’OFS sur l’indice suisse des prix à la consommation (IPC)