MESSAGE – Pour un vote efficace

Le 20 octobre prochain auront lieu les élections fédérales. Les citoyennes et citoyens suisses éliront leurs représentants au Parlement. C’est le moment d’exprimer le ras-le-bol des locataires, mais plus largement de toutes les citoyennes et les citoyens, à l’égard des partis majoritaires qui défendent les intérêts des puissants et de l’argent.
Au lieu de se limiter à se plaindre en critiquant en famille, entre amis ou entre collègues de travail les décisions scandaleuses du Parlement fédéral en matière de bail, de droit du travail ou encore d’assurances sociales (AVS, AI ou assurance-chômage), chaque citoyenne et chaque citoyen peut participer à l’orientation du prochain Parlement. Ce faisant, elle et il peuvent contribuer concrètement à renverser la majorité actuelle et constituer un Parlement attentif aux intérêts des locataires, mais aussi aux droits des salariés, des assurés et des retraités. Pour réussir ce renversement de majorité, il est indispensable que l’ensemble des locataires  – qui sont majoritaires dans notre pays – exercent effectivement leur droit de vote. L’abstention ne résout rien. Bien au contraire, elle permet de perpétuer le mépris actuel du Parlement fédéral à l’égard des locataires lequel, depuis quatre ans, s’évertue à essayer de démolir le droit du bail en vigueur.
Voter et faire voter, c’est notre devoir de locataire. En effet, il ne suffit pas d’exercer soi-même le droit de vote. Il faut convaincre son entourage de l’importance de participer aux élections fédérales et l’amener à voter dans son intérêt particulier comme dans l’intérêt de l’ensemble des locataires. Pour que le vote puisse peser, il faut voter de manière efficace et éclairée. Au Conseil national, il s’agit de choisir et de glisser dans l’urne ou dans l’enveloppe électorale la liste d’un parti qui s’engage pour les droits des locataires. Dans les faits, ce sont les socialistes, les Verts et le POP qui ont régulièrement soutenu les positions de l’ASLOCA au Parlement fédéral et se sont battus au cours des quatre dernières années au sein des commissions parlementaires comme en plénière, pour éviter le démantèlement des droits des locataires et pour soutenir notre initiative. Il y a aussi des listes de partis de gauche qui ne sont pas encore représentés au Parlement qui ont la même position.
En plus de choisir la liste juste, il est possible de favoriser les candidates et candidats issu(e)s des rangs de l’ASLOCA. Pour ce faire, il faut choisir la liste sur laquelle elles et ils sont inscrit(e)s. Vous pouvez ensuite doubler leur nom si cela n’est pas déjà fait. Attention de respecter le nombre maximum de noms. S’il le faut, biffer un nom et doubler le nom d’une candidate ou d’un candidat de l’ASLOCA.
Pour le Conseil des Etats, les choses sont plus personnelles. En effet, il s’agit d’élire deux représentant(e)s par canton. C’est donc le profil de la candidate ou du candidat qui est déterminant. Ici, pas de mystère, il faut soutenir en priorité les personnes issues des rangs de l’ASLOCA, comme notre président national, Carlo Sommaruga, sur Genève. Mais l’élection de personnalités de gauche et vertes au Conseil des Etats favorise la défense des locataires. Cela est essentiel dans une chambre du Parlement qui est dominée par les partis bourgeois. Or il faut se rappeler que ce sont d’importants membres du PLR qui sont les auteurs des attaques les plus graves contre les droits des locataires au cours des quatre dernières années!
Alors vous l’aurez compris: le 20 octobre, votez et faites voter intelligent, pour un changement favorable aux locataires.
Henriette Schaffter
Rédactrice en chef 
Droit au logement