Le Conseil fédéral rejette catégoriquement toutes les demandes de l’ASLOCA. Il est temps d’envoyer un courriel au Président de la Confédération, Guy Parmelin !

En raison des graves conséquences économiques de la pandémie de Covid 19, de plus en plus de personnes en Suisse ont des difficultés à payer leur loyer. L’Association suisse des locataires (ASLOCA) a donc demandé début février au Conseil fédéral d’édicter un moratoire sur les expulsions forcées et de garantir une meilleure protection contre les évictions pour les locataires concernés.

Une réponse à la lettre envoyée au Conseil fédéral a été reçue le 22 février. Brièvement résumée : Le Conseil fédéral rejette catégoriquement toutes les demandes de l’ASLOCA. Il est temps d’envoyer un courriel au Président de la Confédération, Guy Parmelin !

Comment faire:

  1. Adressez votre mail à info@gs-wbf.admin.ch
  2. Dans le sujet du mail, insérez “Monsieur Parmelin, soutenez les locataires durant la crise du coronavirus”
  3. Copiez le texte ci-dessous en ajoutant votre nom à la fin

Monsieur Guy Parmelin,

La crise sanitaire liée au Covid-19 n’est pas encore à sa fin. Ses conséquences économiques et sociales non plus. De nombreu·x·ses employé·e·s sont au chômage partiel depuis des mois. D’autres ont perdu leur place de travail ou sont, en tant qu’indépendant·e·s, confronté·e·s à de graves problèmes financiers.

De plus en plus de personnes ont des difficultés à payer leur loyer. C’est pourquoi l’Association des locataires a demandé un moratoire sur les expulsions jusqu’à la fin de l’année, ainsi qu’une extension du délai de paiement des arriérés de loyer de 30 à 90 jours avant qu’un bail puisse être résilié. En tant que locataire, j’ai été consterné d’apprendre que le Conseil fédéral a rejeté ces importantes revendications.

Je vous demande, Monsieur le Président de la Confédération de reconsidérer cette position ou de prendre d’autres mesures efficaces afin de garantir que personne en Suisse ne perde son logement ou son espace de travail pendant la crise et les mois qui suivront. Écartons le risque de créer des sans-abris.

En vous remerciant de votre attention et en espérant que la préoccupation quant à la situation des locataires de ce pays puisse aboutir à des mesures concrètes, je vous adresse, Monsieur le Président de la Confédération, mes salutations distinguées.