Réunie aujourd’hui à Bienne en Assemblée générale, l’Association suisse des locataires (ASLOCA) a mis l’accent dans la partie politique sur le démantèlement du droit du bail orchestré par le lobby immobilier, qui risque d’entraîner d’importantes détériorations pour les locataires en Suisse. Les délégué∙es se sont montré∙es prêt∙es à lancer un référendum si le projet de démantèlement n’était pas arrêté à temps.

Le président Carlo Sommaruga a effectué une rétrospective de l’année écoulée devant l’Assemblée générale de l’association : « La situation toujours tendue en matière de logement dans toute la Suisse a été au centre de nos préoccupations : les loyers ne cessent d’augmenter ; une pénurie de logements touche de nombreuses régions ; et une redistribution toujours plus importante existe entre bailleurs/bailleresses et locataires ».

L’ASLOCA se prépare à d’éventuels référendums

L’Assemblée générale a débattu de l’attaque planifiée par le lobby immobilier contre le droit de bail. Plusieurs projets, dont la première partie sera probablement soumise au Parlement cette année, visent à affaiblir la protection des locataires, afin que les bailleurs/bailleresses puissent plus facilement résilier le bail d’un appartement ou d’un local commercial et augmenter les loyers. Le président de l’ASLOCA, Carlo Sommaruga, a également vivement critiqué la tactique du salami utilisée par le lobby immobilier : « Comme il a été décidé de regrouper les interventions en plusieurs paquets, et non en un seul, comme c’est habituellement généralement le cas, nous devons lancer un référendum contre chaque modification de loi ». Les délégué∙es n’ont pas contesté la volonté de se défendre contre cette attaque contre le droit du bail. « Si le Parlement ne bloque pas le projet de démantèlement, nous sommes prêt∙es à lancer un référendum, même plusieurs si nécessaire », a ajouté Carlo Sommaruga.

Des mesures contre l’augmentation des prix de l’énergie

Les personnes qui utilisent de l’énergie fossile pour se chauffer doivent s’attendre à une forte augmentation des charges – de nombreux locataires se retrouvent impuissant∙es face à cette situation. « La pression financière sur les locataires s’accentuera encore. L’augmentation des frais de chauffage risque de faire grimper les charges d’environ 1200 francs en moyenne par ménage l’année prochaine. Nous nous engageons donc à lutter contre cette précarité énergétique en accordant des allocations énergétiques aux locataires à faible revenu », a déclaré Carlo Sommaruga.

Nouvelle hausse du nombre de membres

Du point de vue de la politique associative, la croissance des membres de l’association au cours de l’année dernière est réjouissante. Fin 2021, l’ASLOCA comptait 227 137 membres répartis dans toute la Suisse. « Compte tenu de la situation difficile du logement dans de nombreuses régions de Suisse, les prestations de l’association des locataires sont toujours très demandées. En leur permettant de se défendre avec le soutien de l’Association des locataires lorsque la partie bailleresse se comporte de manière déloyale, les conseils juridiques revêtent une importance particulière pour nombre de nos membres », explique Michael Töngi, vice-président de l’ASLOCA. Sur les 2,2 millions de logements locatifs que compte la Suisse, environ 10 pour cent des ménages locataires sont actuellement affiliés à l’ASLOCA.

Un nouveau membre dans le Comité

Lors de l’Assemblée générale, Pierre Mauron s’est retiré du comité. Il a été chaleureusement remercié pour son engagement en faveur des locataires par le président de l’ASLOCA Carlo Sommaruga. Matthieu Loup, avocat et membre du comité de la section fribourgeoise, a été nouvellement élu au comité de l’ASLOCA Suisse. L’ensemble du comité et la présidence ont ensuite été réélus pour deux ans.