TRANSJURA – Passage de témoin: Changement à la tête de l’ASLOCA TransJura

Joanne Broquet va remplacer Christelle Guélat Koller à la coprésidence de l’ASLOCA TransJura, où elle travaillera en duo avec Paul d’Ans, l’autre coprésident. Bienvenue.

«Il n’y a pas d’année tranquille à l’ASLOCA TransJura», c’est ainsi que Christelle Guélat Koller a entamé son traditionnel rapport d’activité lors de l’assemblée générale de la section qui s’est tenue le 25 avril 2017 à Moutier. elle a poursuivi en annonçant qu’après sept ans à ce poste, elle a décidé de quitter la coprésidence de l’ASLOCA TransJura et sera remplacée par Joanne Broquet, qui fonctionnera, elle aussi, en duo avec Paul d’Ans. La défense des locataires dans le Jura et le Jura bernois reste un vrai combat d’actualité.

Au moment de prendre congé, la coprésidente a retracé son parcours au sein de l’ASLOCA TransJura. elle a rejoint le comité en 2009 et a très vite été intégrée dans l’équipe. elle a ainsi pu côtoyer plusieurs pionniers du mouvement de défense des locataires dans la région. «Une expérience enrichissante auprès de personnes animées par des convictions très fortes», s’est plu à relever la démissionnaire. Journaliste de formation, Christelle Guélat Koller a notamment mis à profit son expérience professionnelle pour rédiger des articles dans le journal «Droit au logement». A partir de 2010, elle a fonctionné en duo avec Monique Walker pour assurer la transition à la présidence. Mère de trois jeunes enfants, elle a instauré ensuite une coprésidence avec Paul d’Ans afin de permettre un partage des tâches.

Situations de plus en plus complexes

Depuis le début de son activité, la coprésidente s’est attelée en priorité à résoudre les difficultés financières de la section. Difficultés non pas dues à un désintérêt des locataires – les demandes de renseignements ne faiblissant pas – mais plutôt à un renouvellement constant des membres. Ce phénomène de zapping est très actuel et l’ASLOCA n’y échappe pas. en même temps, les heures de travail de la permanence ne diminuent pas car les cas s’avèrent de plus en plus complexes.

Après plusieurs années difficiles, la situation s’est améliorée, mais le comité doit rester vigilant et intensifier encore ses efforts pour augmenter le nombre de membres. L’objectif des 1500 reste toujours d’actualité. La coprésidente a expliqué son départ par de nouvelles opportunités professionnelles. Mais elle a tenu à relever le plaisir qu’elle a eu à travailler dans une ambiance conviviale. elle a notamment remercié Maude Rennwald, avocate de l’ASLOCA TransJura ainsi que Josiane Daepp, secrétaire- caissière. «C’est en bonne partie grâce à leur engagement et à leurs connaissances que le comité peut fonctionner et j’ai beaucoup appris à leur contact. Je souhaite le meilleur à l’ASLOCA TransJura pour les années à venir», a conclu la démissionnaire.

Pour remplacer Christelle Guélat Koller, l’assemblée générale a élu Joanne Broquet, une jeune assistante sociale de 35 ans, mère de deux enfants. L’engagement de cette personne très dynamique a été unanimement salué. Joanne Broquet fait partie du comité de l’ASLOCA TransJura depuis deux ans et demi, elle continuera de fonctionner en duo avec Paul d’Ans. Par ailleurs, deux nouveaux membres ont rejoint le comité: Christine Milani et Janique Perrin. C’est ainsi un comité en partie renouvelé qui poursuit son engagement au service des locataires.


Le comité et les membres de l’ASLOCA TransJura tiennent à remercier chaleureusement Christelle Guélat Koller pour les sept années passées à la coprésidence de notre section. Par ses compétences, sa disponibilité et son dynamisme, Christelle Guélat Koller a su donner un sou e nouveau à notre mouvement. Sa grande maîtrise des dossiers a été très précieuse et elle n’a pas compté ses heures au service des locataires. Nous avons particulièrement apprécié ses articles dans le DAL. Nous lui souhaitons tous nos vœux de bonheur et de réussite pour l’avenir.