Droit au logement

n°203 – février 2012

Editorial

C’est sûr, on n’a pas fini de parler de l’amiante, des souffrances, des drames et des décès qu’il provoque encore. On sait aujourd’hui qu’il déclenche des mésothéliomes fulgurants. Une fois diagnostiquée, la maladie ne permet une survie de guère plus d’un an. En suisse, on estime que chaque année une centaine de décès seraient dus à une exposition aux fibres d’amiante vingt, trente ou quarante ans auparavant. Ce qui fait que le pic des personnes touchées par l’amiante serait atteint dans notre pays en 2020-2030. Triste réalité.

Mais, dans ce journal, vous allez aussi pouvoir prendre note qu’il vaut vraiment la peine de contester son loyer initial. Le tribunal fédéral vient en effet de confirmer une décision des instances genevoises et offre une diminution de plus de 1000 francs par mois à un locataire qui s’est lancé dans cette revendication.

Sachez aussi que l’ASLOCA s’est mise à disposition des locataires de l’immeuble de la Jonction, à Genève, récemment ravagé par les flammes, qu’il vaut mieux ne pas céder à la pression du contrat prétendu «privilège» de certaines gérances et qu’il est fortement conseillé de garder une trace écrite des démarches réalisées lorsqu’on souhaite se libérer d’un contrat de bail en cours de route.

Claire-Lise Genoud
Rédactrice en chef

Vous souhaitez consulter l’ensemble du journal?
Il vous suffit de le télécharger et lire en ligne.

*Pour préserver la nature, veuillez éviter d’imprimer le document.