MESSAGE – L’ASLOCA se renforce

Une fois n’est pas coutume, il apparaît juste de parler de nous-mêmes. Plus exactement de l’ASLOCA en tant que mouvement national des locataires.
Il y a trois semaines, toutes les sections de l’ASLOCA Suisse étaient invitées à la première Conférence des sections. Une grande première dans notre vie associative. Et un pas de plus, conséquent, dans le renforcement des structures nationales de notre mouvement, qui compte aujourd’hui plus de 200 000 membres, répartis en 25 sections cantonales ou intercantonales. Une des organisations les plus importantes de Suisse en termes d’affiliés.
On vient de loin. En effet, jusqu’en 2010 notre mouvement était organisé essentiellement par régions linguistiques avec des faîtières puissantes. En Suisse alémanique le Mieterinnen- und Mieterverband (MV-D), en Romandie l’Association suisse des locataires – Fédération romande (ASLOCA Romande) et au Tessin l’Associazione Svizzera Inquilini (ASI). L’assemblée suisse des délégués se composait seulement de seize personnes, sept de Suisse alémanique, sept de Suisse romande et deux du Tessin. Une structure nationale incapable de donner de vraies impulsions à l’ensemble du mouvement et manquant de légitimité pour défendre les intérêts des locataires au niveau fédéral. Après de fortes tensions internes au sujet d’une réforme du droit du bail proposée par la conseillère fédérale Doris Leuthard, alors cheffe du Département fédéral de l’économie, rejetée par le Parlement, et au sujet de laquelle les points de vue divergeaient radicalement entre les faîtières régionales et au sein des faîtières entre les sections elles-mêmes, notre mouvement a décidé de repenser complètement sa structure et son fonctionnement.

Ainsi, depuis 2011, l’ASLOCA Suisse compte sur un comité de 15 personnes représentatives des régions linguistiques, mais incorporant toutes les grandes sections et des spécialités diverses, certes des juristes mais aussi des économistes, des spécialistes dans la communication ou dans les économies d’énergie. L’assemblée des délégués est passée à près de 150 membres, donnant une assise démocratique réelle aux décisions comme celle de lancer l’initiative populaire «Pour davantage de logements abordables». Une assemblée aussi représentative donne également un souffle important aux propositions nationales au sein des sections, tout affairées qu’elles sont à la défense individuelle des locataires et aux combats politiques cantonaux. Tout cela piloté par un secrétariat professionnel.

La Conférence des sections vient compléter les conférences des présidents et des responsables de section, plus axées sur les questions organisationnelles et administratives par le biais de présentations du fonctionnement de chacune et des expériences positives que l’une ou l’autre section peut ensuite reprendre à son compte. Un instrument qui devrait permettre d’harmoniser à terme notre fonctionnement au niveau national. La Conférence des sections, c’est un lieu d’échange sur la définition du contenu et la coordination autour des actions de sensibilisation, des campagnes politiques de promotion du logement abordable et de la défense collective des locataires.

Cette première rencontre a été l’occasion de mettre en place nos stratégies pour les campagnes de votation de notre initiative et des éventuels référendums que nous devrons affronter solidement et intelligemment tous ensemble. Une réussite qui repose aussi sur le travail de préparation de nos commissions internes, l’une chargée des campagnes et l’autre du suivi de l’initiative.

Il est important de signaler qu’à l’issue de cette Conférence des
sections diverses d’entre elles, dans un esprit de renforcement de l’ASLOCA Suisse, mais aussi pour faciliter au secrétariat national la mise en place rapide des campagnes politiques auxquelles nous allons devoir faire face, ont décidé de reverser en mains de l’ASLOCA Suisse les réserves financières constituées depuis trois ans selon les décisions de notre assemblée des délégués. Un pas remarquable illustrant le degré de confiance interne et encore difficilement imaginable il y a quelques années. Nous pourrons ainsi puiser avec rigueur mais avec souplesse dans notre trésor de guerre en fonction des décisions du Parlement fédéral tant sur notre initiative populaire «Pour davantage de logements abordables» et que sur les initiatives parlementaires remettant en cause le droit du bail.

Autre signe de maturité de notre mouvement, c’est la proposition de la création d’un fonds de solidarité intersectionnel pour venir en aide aux sections les plus faibles. Une idée généreuse qu’il s’agira de discuter en nombre à notre assemblée des délégués annuelle.

Carlo Sommaruga

Président de l’ASLOCA Suisse